La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

croquis 2020

 

 

 

traduction ad lib  de l'article Covid 19

 

  si le masque est défini comme efficace,

pourquoi alors une distanciation sociale est exigée?

Si la distanciation sociale de deux mètres est une mesure efficace, pourquoi alors exige-t-on de porter un masque en même temps?

Si ces deux mesures préventives sont déclarées efficaces,

pourquoi alors ferme-t-on des secteurs de notre économie?

Si elles sont si efficaces, pourquoi alors a-t-on besoin d'un vaccin?

 

à réfléchir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon paysage japonais en noir et blanc

 

décembre 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le temps retrouvé

 

 

Seul sur la glace de mon enfance, je chasse la rondelle

 

Je freine en écoutant le bruit sec et sourd des patins sur la surface glacée

 

Je zigzag en me laissant emporter par mon élan dans sa phase descendante

 

Je crois en cela rejoindre la profondeur du ciel en fragments bleus

 

Je suis maintenant dans cette allée de soleil

sur le miroir du ciel

 

L'éternité est retrouvée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

OISEAU                                                           

 

Fabuleuse machine

à coudre du ciel

en zigzag,  pointillé,

en piquée et  en ondulé

 

Chercheur émérite

de pépites

grouilleuse

de vie

 

Véritable Harrier

au décollage rapide

devant les sémaphores

au coeur-moteur

 

Cantique quantique

planant au-dessus

des paniers métalliques

de Maxigadumétrobonimatin

 

Pourquoi te tais-tu tut, tut

dans mon hiver?

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un ami                                                                                                                

 

Il était une fois un garçon habitant un espace si riche qu'il en perdait parfois le nord.                             

 

Magique, cet espace lui paraissait. Des arbres verts ambrés certains jours, des corneilles luisantes comme la nuit; des sons sifflant, virevoltant, tambourinant ou apaisant; des bruits de pas bienveillants, d'autres étranges ou fantomatiques.

Puis tout au fond de lui-même, un mystère veillant comme  lampe de sanctuaire et produisant des images au pouvoir associatif capable de générer un sentiment  de vérité.

Les mots usuels entendus par ce garçon se fusionnaient souvent à ces images du mystère profond. Tout cela le prenait si totalement qu'il en oubliait les choses à accomplir. On le disait dans la lune.

Je crois qu'il habite encore cette planète. Et ses ailes se confondent si bien au ciel changeant, qu'il en passe inaperçu, exception faite auprès de ceux au regard aiguisé sur la lame des jours féconds.

Ami, je t'aime!